Paris : « PSYCHSCAPES » from Terri Loewenthal – Exposition jusqu’au 30 janvier 2021 à la galerie Catherine et André Hug

EXPOSITION

TERRI LOEWENTHAL
PSYCHSCAPES

Les heures passaient monotones, et, dans les grandes régions vides du dehors, lentement la lumière changeait ; elle semblait maintenant plus réelle. Ce qui avait été un crépuscule blême, une espèce de soir d’été hyperborée, devenait à présent, sans intermède de nuit, quelque chose comme une aurore, que tous les miroirs de la mer reflétaient en vagues traînées roses. La lumière matinale, la lumière vraie, avait fini par venir ; comme au temps de la Genèse, elle s’était séparée d’avec les ténèbres qui semblaient s’être tassées sur l’horizon, et restaient là en masses très lourdes ; en y voyant si clair, on s’apercevait bien à présent qu’on sortait de la nuit – que cette lueur d’avant avait été vague et étrange comme celle des rêves. Dans le ciel très couvert, très épais, il y avait çà et là des déchirures, comme des percées dans un dôme, par où arrivaient de grands rayons couleur d’argent rose.

Dehors, ce devait être la mer et la nuit, l’infinie désolation des eaux noires et profondes. Dehors il faisait jour, éternellement jour. Mais c’était une lumière pâle, pâle, qui ne ressemblait à rien ; elle traînait sur les choses comme des reflets de soleil mort. Autour d’eux, tout de suite commençait un vide immense qui n’était d’aucune couleur, et en dehors des planches de leur navire, tout semblait diaphane, impalpable, chimérique. La fraîcheur humide de l’air était plus intense, plus pénétrante que du vrai froid, et, en respirant, on sentait très fort le goût du sel. Tout était calme et il ne pleuvait plus ; en haut, des nuages informes et incolores semblaient contenir cette lumière latente qui ne s’expliquait pas ; on voyait clair, en ayant cependant conscience de la nuit, et toutes ces pâleurs des choses n’étaient d’aucune nuance pouvant être nommées. Présentation de l’exposition repris sur le dossier de presse de https://www.galeriehug.com/wp-content/uploads/2020/11/Dossier-de-presse-exposition-Terri-Loewenthal-nov-dec-2020.pdf